« Culte des rondeurs en Afrique, culte de la minceur en Europe ».

« Les 20 africaines aux plus belles rondeurs », « les rondeurs reprennent le pouvoir », « éloge de la rondeur », « En Afrique les formes rondes sont adulées »…  On est bien loin  de « La dictature de la minceur », « le corps standardisé », les françaises championnes du culte de la minceur »…Ce sont donc bien deux cultures, deux mentalités, deux univers qui s’opposent même s’ils cohabitent de fait, de par la mondialisation.

D’un côté, les partisans de la rondeur décomplexée. En Afrique, elle trouve ses racines dans la tradition. L’embonpoint est même le premier critère de féminité par endroit. Dans certains pays, la gloire d’un homme se mesure à la grosseur de sa femme. La femme trop mince voire maigre peut être confrontée aux railleries, suspectée d’être malade ou tomber dans le piège de la pression socio-culturelle.

black-woman

S’ensuivent alors des dérives telles que le « gavage ». Tous les moyens sont bons pour prendre du poids, des formes. Même les vitamines destinées aux animaux sont mises à contribution ! L’obésité (qui touche de plus en plus le continent), une alimentation trop riche, déséquilibrée, peuvent provoquer du cholestérol, de l’hypertension ou des problèmes cardiaques. Mais qui connait les conséquences que peuvent avoir ces vitamines et autres procédés symptomatiques de maux profonds ?

De l’autre coté (de la Méditerranée), la société a une obsession de la minceur et une aversion des rondeurs. La valeur « minceur égale beauté » est fortement ancrée dans la mentalité européenne. Aujourd’hui modèle dominant, le culte de la minceur n’a cependant pas toujours été la norme. Et les représentations du corps des femmes au XVIIIe ou du XIXe siècle sont là pour nous rappeler que les rondeurs furent autrefois gage de bonne santé et de séduction. La française (pour ne citer qu’elle)  mince et élancée telle qu’on la connaît aujourd’hui date de la Première Guerre mondiale. Les femmes se sont retrouvées seules, leurs maris étant partis au front. L’idéal maternel s’est peu à peu éloigné pour laisser place à l’image d’une femme Indépendante et active de plus en plus diffusée dans les journaux. Maigrir devient presque une obligation.

angelina jolie.jpg

Un siècle plus tard, les articles faisant l’éloge de la minceur sont toujours d’actualité, paraissant quelques semaines avant le printemps pour préparer l’été. Les couvertures vantent les derniers régimes à la mode avec photos et conseils de stars à l’appui. Il est presque impossible d’y échapper. L’anorexie, la boulimie, les décès de mannequins affaiblis par un état de maigreur excessif, ne parviennent pas à sonner le glas d’un dictat qui a pourtant atteint aujourd’hui ses limites.

Qui mettra fin aux dictats ? Une seule chose est sûre et vraie :

« La beauté résulte de l’harmonie du corps. Elle ne se mesure pas, ne se pèse pas. Elle se trouve dans l’œil de celui qui regarde » – Pol Dokoui

Woman healthy gate magazines.jpg

Charlène M.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Les critères de beauté ne sont ni intemporels ni universels, soyons nous même avec panache !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s